top of page
  • Photo du rédacteurJohann Chabert

Partir de rien et tout apprendre

Jardinage, bricolage, accueil, nouvelle langue, conduite, adaptation culturelle et digitalisation... On ne savait rien, et on a beaucoup appris depuis octobre 2021 ! Un article de blog centré sur nous, et notre réalisation qu'on ne savait rien faire de nos dix doigts, et pas tant que ça avec notre cerveau...

Changement d'une ampoule et autres aventures de bricolage

J'exagère à peine... En arrivant à 45 ans dans cette belle maison tout en pierre, mon expérience du bricolage était quasiment inexistante. Bien entendu, après un peu plus d'un an, j'ai encore une courbe d'apprentissage vertigineuse devant moi. Mais si je regarde en arrière, et l'océan de ce que je ne savais pas faire avant, je suis plutôt satisfait d'avoir fait tout ce chemin.

Allez, quelques photos et quelques exemples en vrac : faire les joints d'une terrasse (même si on ne peut pas dire qu'ils aient résisté au temps), réparer et repeindre une salle de bains, changer un robinet de cuisine, fixer des objets divers aux murs (dont la plupart ont tenu), restaurer une table de jardin, réparer une machine à laver, réparer une pompe de piscine... Au générique, on remercie pour leurs bons conseils et leurs prêts de matériel : les voisins, les amis, youtube, et surtout le frangin, grand manitou du bricolage, toujours dispo en visio ou en personne pour aider à refaire une cuisine !

Le Jardin, ma nouvelle passion

Cette fois, c'est Angèle qu'on cite au générique. Angèle qui a le bon goût de savoir tout faire, et de ne pas avoir peur d'apprendre aux autres à se débrouiller tous seuls. A notre arrivée, la jungle qui nous entourait - les propriétaires précédents n'étant présents que quelques semaines par an - s'est lentement mais sûrement transformé en un beau jardin. Dans la foulée, Aya et moi avons appris à tailler, couper, ramasser, planter, arroser... et aussi à brûler des trucs, puisqu'ici c'est autorisé (en hiver seulement bien sûr). Parmi les gros boulots, l'abattage d'un cyprès qui avait le mauvais goût de cacher toute la vue, la coupe de cheveux bien méritée du cerisier, de l'amandier, des oliviers, du mimosa, du cogniassier (le japonais et le français), des rosiers, et j'en passe... Mais aussi le ramassage de fruits divers, avec par ordre croissant approximatif de quantités les fraises des bois, la menthe sauvage, les mures, les prunes, les coings, les 16 kg d'olives et les 100 kg de chataîgnes. Le tout transformé en confitures, huile, tartes et gâteaux divers.

Nouvelle langue, nouvelle culture, nouvelle vie

En termes d'apprentissage intellectuel (et émotionnel), c'est Aya qui s'y est collée. Quitter le Japon pour vivre à l'étranger, c'est déjà un challenge. Mais quitter Tokyo pour venir s'installer dans le fin fond de la campagne ardéchoise sans parler la langue, sans connaître la culture, sans même savoir conduire. Dans un endroit où, vous vous en doutez, les Japonais ne courent pas les rues... Et qui plus est, intégrer une nouvelle famille au passage... Pas facile tous les jours. Chapeau à ma femme qui affronte les épreuves avec brio, converse désormais en français, parle de la pluie et du beau temps avec les voisins, sa coiffeuse et le boulanger du coin... Une intégration passée aussi par le suivi d'une formation civique tout à fait intéressante, et du passage récent d'un test de français en vue de l'obtention d'une carte de séjour longue durée. Une expérience qui me rappelle tous les jours à quelle point l'apprentissage de notre langue est ardu. Tiens, saviez-vous que "oiseaux" est le plus long mot de la langue française dont on ne prononce aucune des lettres ? Juste pour vous donner une idée.

Belle rencontres, belles personnes, beaux moments

Ouvrir des chambres d'hôtes était une excellente décision. Chaque moment passé avec nos hôtes, si différents les uns des autres, tous attachants, est venu renforcer cette certitude. Groupes de motards rigolards aux Harleys troublant quelque peu la tranquilité du lieu le temps du vrombissement de l'arrivée, randonneuses fourbues profitant de la vue pour reprendre leur souffle, couples mignons de tous les âges venus se ressourcer au coeur de la nature, familles de toutes tailles, originales ou recomposées, de toutes origines, enfants surdoués, polis ou polissons... Tous nous ont enrichis, tous nous ont surpris par leur bienveillance, leur respect de notre maison et de nos efforts pour les accueillir. Nous apprenons encore ce métier et ses nombreuses facettes. Faire le ménage efficacement, composer le menu du petit déjeuner, soigner la décoration...

Surmonter notre handicap technologique, un peu mais pas trop

Dans une autre vie, j'ai appris le marketing. Je vous passe les détails, mais mes connaissances incluaient savoir que la meilleure plage de pub pour ma cible était un spot TV de 10 secondes au milieu du Bigdil de Vincent Lagaff. Les moins jeunes d'entre vous sauront de quoi je parle. Quant à Aya, son temps d'écran quotidien tourne probablement autour des 30 minutes, la plupart du temps pour trouver des recettes de cuisine. La moyenne française est à 4h30 par jouer. Tout ça pour vous dire que les réseaux sociaux ne sont pas vraiment notre tasse de thé. Vous aurez remarqué que nous ne souhaitons pas en faire une priorité (quel intérêt de s'installer à la campagne si c'est pour rester sur son ordi ou son téléphone), mais nous sommes quand même là ! La plus belle réalisation, une chaîne youtube créée par Aya pour raconter son expérience à ses compatriotes Japonais, qui sont nombreux à se demander à quoi ressemble la vie en France. Pour le reste, on compte sur le bouche à oreille, et donc sur vous.

Donc maintenant on sait tout ?

Evidemment non. Il y a tant à apprendre ! Nos caisses à outil se fournissent, nos cerveaux emmagasinent, nos muscles s'enhardissent... Si vous vivez dans une maison vous le savez, il y a toujours quelque chose à faire ! En gestation chez nous en vrac : repeindre les chambres du haut dont la peinture commence à fatiguer, régler un problème d'humidité dans une des salles de bain, construire un poulailler, réparer un mur du jardin qui menace de s'écrouler, développer notre réseau social ici en Ardèche (le vrai, pas celui sur Internet)... Venez nous voir, on aura plein de choses à vous montrer !


Comentarios


bottom of page